DES TSIGANES, AUSSI

MÉMOIRE COLLECTIVE ET INVIDUELLES DU GÉNOCIDE TSIGANE : DES GROUPES ET DES PORTRAITS

Ce sont des toiles réalisées à partir de documents d’archives et d’entretiens et témoignages de tsiganes strasbourgeois, qui n'ont pas souhaité ou qui n'ont pas pu parler, et qui pour vivre ont tenté d’oublier, mais qui pourtant n'ont rien effacé et qui ressentent maintenant le besoin de transmettre.

Des textes dictés par les tsiganes, sont exposés au coté des toiles pour soutenir la transmission et partager au public leurs espoirs.

Ce sont des toiles à la mémoire du génocide tsigane ou Samudaripen, pour transmettre la mémoire des souffrances tsiganes pendant la 2ème guerre mondiale, tant dans les camps d'internements français que dans les camps nazis, que ce soit par l'internement, le travail forcé, les expérimentations ou l'extermination. Outre la reconnaissance publique de leur génocide et la part française à ce désastre, il est temps que le génocide tsigane prenne sa place dans les lieux de mémoire à part entière.

Par ces peintures de mémoire, je souhaite aussi rendre hommage à ce peuple encore trop souvent discriminé, victime de tant de préjugés, pour amener un regard différent sur sa culture et ses richesses de cœur et pour rappeler la mémoire de cette période si sombre de leur histoire... de notre histoire.